Sommaire

  • Différents types d’escaliers escamotables isolés
  • Caractéristiques de l'escalier escamotable isolé
  • Escalier escamotable isolé sur-mesure
  • Isolation de la trappe d’accès

L’escalier escamotable est un escalier dissimulé dans le plafond. Il permet de monter à l’étage supérieur (généralement un grenier), et son principal atout est la discrétion. Si vous manquez de place, ou souhaitez éviter d'encombrer votre espace, l’escalier escamotable isolé est la solution à bien des problèmes d’agencement.

Mais ce type d'escalier est-il vraiment fait pour vous ? Cette astuce fait le point pour vous aider à bien choisir.

 

Différents types d’escaliers escamotables isolés

Il existe deux grandes familles d’escaliers escamotables : ceux en bois, ceux en aluminium.

Lorsque l’on choisit un escalier escamotable isolé, différents critères sont à prendre en compte :

  • Il est d'abord important de bien vérifier que les escaliers escamotables sont conformes à la norme DIN 4570.
  • Il s'agit ensuite de bien connaître le poids des escaliers, ceux en bois étant nettement plus lourds que ceux en aluminium.
  • Les escaliers escamotables se différencient également par les options qu’il est possible d’ajouter lors de leur pose. Parmi elles, la main-courante (rampe) est la plus choisie, car elle permet un plus grand confort d’utilisation.
  • À noter qu’un escalier escamotable en aluminium sera plus souvent appelé échelle escamotable ou échelle télescopique (qui est une variante de l’échelle escamotable).
  • Enfin, les prix de ce type d'escaliers varient de 150 € à plusieurs centaines d’euros. Tout dépend si vous choisissez une entrée de gamme ou un escalier réalisé sur mesure.

Caractéristiques de l'escalier escamotable isolé

Un escalier escamotable isolé possède de nombreuses caractéristiques. La première, et sans doute la plus importante, concerne la hauteur à franchir, autrement dit la hauteur du plafond :

  • Si ce dernier est de dimension standard (c’est-à-dire 2,50 mètres), vous pouvez choisir n’importe quel modèle.
  • Si la hauteur atteint 2,90 mètres ou plus, les choix possibles sont fortement réduits.
  • D’une manière générale, il faut être attentif à la hauteur minimum et à la hauteur maximum de l’escalier. Au-delà du maximum (souvent 3 mètres), il faudra faire réaliser un escalier escamotable sur-mesure.

Si votre plafond a une hauteur "standard", vous pouvez choisir votre escalier escamotable en fonction de plusieurs caractéristiques :

  • possibilité de mise en place de bandes antidérapantes sur chacune des marches ;
  • aide à la manipulation, grâce à un ou deux vérins dissimulés dans le caisson de l’escalier ;
  • habillage prêt à peindre, composé de 4 baguettes en bois ;
  • joint périphérique pour rendre étanche le montage de l’escalier, et éviter que la chaleur s’échappe du volume chauffé pour aller dans le pallier supérieur ;
  • trappe isolée pour éviter toute déperdition de chaleur ;
  • réglage de la hauteur de l’escalier escamotable (s’il est en bois), par simple sciage de la longueur superflue ;
  • poids maximum par marche ;
  • possibilité pour la trappe d’être coupe-feu : on parle de trappe coupe-feu 1h ou 2h, cela signifie que la trappe bloque la progression des flammes pendant cette durée.

Escalier escamotable isolé sur-mesure

Dans certaines situations, l’escalier escamotable isolé doit être réalisé sur mesure.

La première de ces situations, pour laquelle aucune autre solution n’est envisageable, est une hauteur sous plafond trop élevée, c’est-à-dire supérieure à 3,10 mètres :

  • Dans ce cas, aucune alternative n’est possible.
  • L'abaissement de la hauteur impliquerait la réalisation d’un faux-plafond, ce qui représente des travaux longs et coûteux.

Deuxième cas de figure, une longueur et une largeur de trémie trop élevées par rapport aux dimensions du caisson de l’escalier escamotable :

  • Autrement dit, l’espace situé entre le caisson de l’escalier escamotable et la trémie (trou dans le plafond) est supérieur à 2 ou 3 centimètres.
  • Dans ce cas, certains professionnels utilisent de la laine de verre ou de la laine de roche pour combler ce volume et empêcher l’air de passer.
  • Du point de vue thermique, cette solution est acceptable. Toutefois, du point de vue mécanique, c’est-à-dire si on considère la fixation de l’escalier escamotable dans la dalle, cette technique présente l’inconvénient de ne pas permettre un serrage du caisson de l’escalier contre la dalle.
  • Or, ce défaut de fixation a tendance à beaucoup fragiliser la structure.

Isolation de la trappe d’accès

C’est un élément important qu’il ne faut pas négliger :

  • En effet, l’escalier escamotable va venir en lieu et place d’une ouverture dans le plafond.
  • Dans la majorité des cas, l’escalier est monté pour permettre aux utilisateurs de passer d’un volume chauffé (habitat) à un volume non chauffé (grenier). Il est donc nécessaire que certains éléments soient correctement isolés thermiquement.
  • L’isolation de la trappe est donnée en W/m²K, et peut varier de 0,50 à 1,2.
  • Les matériaux utilisés pour réaliser l’isolation dépendent du fabricant. Certains utilisent des matières respectueuses de l’environnement, comme de la laine de mouton, tandis que d’autres préfèrent des plaques de polystyrènes expansé.
  • La qualité de l’isolation dépend de l’épaisseur de la nature intrinsèque de l’isolant, mais aussi et surtout de la qualité de la pose.
  • Ce type de travaux peut être réalisé par le particulier comme par le professionnel, l’important étant de travailler de manière très minutieuse.

Pour approfondir :

Installer un escalier : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour vous aider dans vos choix
  • Des conseils sur l'achat, la pose et l'entretien
Télécharger mon guide
Installer un escalier

Aussi dans la rubrique :

Formes et structures

Sommaire