Structure d'un escalier

Écrit par les experts Ooreka

Véritable construction architecturale, un escalier est une suite régulière de marches permettant d'accéder d'un niveau à un autre.

Peu importe son style, ses matériaux et même son époque, les éléments de composition ne changent pas : la structure d'un escalier est toujours la même.

Structure de l'escalier : vocabulaire à connaître

composition d'une marche d'escalier Tous droits réservés FT Media

Voici les principaux termes techniques associés à la structure d'un escalier et qu'il convient de connaître pour bien choisir son équipement :

  • La trémie : c'est l'ouverture qui permet à l'escalier de traverser le plancher (ou le plafond) :
    • elle nécessite souvent un solivage bois ;
    • elle se réduit à un carré dans le cas d'un escalier escamotable, mais peut aussi prendre des formes variables (parfois en L) ;
    • ses dimensions sont ajustées pour être adaptées au passage d'un homme.
  • Le limon : en béton, bois ou acier, c'est l'élément structurel d'un escalier :
    • il est de constitution solide ;
    • ses montants supportent les marches et reposent sur les paliers ;
    • il est parfois à crémaillère, lorsqu'il présente une section rectangulaire.
  • L'emmarchement : il correspond à la largeur de passage de l'escalier (on conseille 80 cm pour pouvoir se croiser à deux) ;
  • L'échappée : c'est la hauteur libre de passage mesurée à l'aplomb des marches :
    • normalement, elle est égale à une hauteur sous plafond, donc 2,50 m ;
    • en principe, elle ne doit pas être inférieure à 1,90 m.
  • La volée : elle désigne l'ensemble des marches comprises entre deux paliers.
  • Le palier : c'est la plateforme située en fin de volée de marches.
  • La marche : c'est la surface plane sur laquelle on pose le pied :
    • elle possède, en partie verticale, une contremarche (souvent absente dans un escalier secondaire, comme l'escalier de meunier ou l'escalier hélicoïdal) ;
    • elle est définie par sa hauteur et par le giron (distance horizontale entre deux nez de marche, comprise entre 26 et 31 cm) ;
    • elle est droite (rectangulaire) ou balancée (trapézoïdale).
  • La rampe : c'est le garde-corps en bordure d'escalier :
    • c'est un élément indispensable lorsque l'escalier est couramment emprunté par des enfants ou par des personnes à mobilité réduite ;
    • elle est composée de balustres, de deux poteaux, d'une main courante, et est solidaire du limon ;
    • elle est absente des escaliers au design très poussé et de certains escaliers secondaires.

Trois structures pour un escalier

Parallèlement, un escalier peut être de trois conceptions différentes :

  • supporté par une structure porteuse composée de deux limons latéraux (parfois à crémaillère), le cas le plus traditionnel et le plus rencontré ;
  • supporté par une structure porteuse composée d'un seul limon, le cas de l'escalier à limon central ;
  • indépendant d'une structure apparente, c'est le cas de l'escalier suspendu. Il semble alors échapper en partie aux lois de la mécanique, en ne possédant ni limon, ni crémaillère. Ses marches sont accrochées d'un côté au mur et de l'autre aux balustres de la rampe. Cette conception donne l'impression d'une structure sans appui, légère et aérienne.

Pour aller plus loin


Quel est votre projet ?

Décrivez votre demande en quelques clics.

Des spécialistes de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !

Demander des devis

Merci de préciser le type de prestation souhaitée afin de vous orienter vers les pros qu'il vous faut.

Merci de préciser votre code postal.



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !